Louer en AirBnb ou en location meublée classique ?

louer en AirBnb ou en location meublée classique avec Altanova

Louer en AirBnb ou en location meublée classique ? La location de biens immobiliers a décollé dans différentes villes de nos jours. Et tout propriétaire qui souhaite s’engager dans la location peut choisir : louer sa maison videmeublée, ou louer son appartement sur Airbnb. Cependant, ce choix ne doit pas se faire sur l’impulsion du moment. Qu’il s’agisse d’une location meublée classique ou d’une location de type Airbnb, la location de votre résidence principale est contrôlé  par des règlements. Le non-respect de ces règles peut très rapidement vous porter préjudice. Le point sur ces deux types de locations.

Louer en AirBnb ou en location meublée ?

Location meublée classique

Nous parlons de location meublée lorsque le logement à louer est équipé de tous les objets qui peuvent permettre au locataire de mener une vie normale après la signature du contrat. Si ce n’est pas le cas, le logement sera qualifié de location vide et sera soumis aux contraintes de la loi du 6 juillet 1989 au moment de la résiliation du contrat. Depuis mars 2014, date de promulgation de la loi Alur, l’article 25-4 de la loi du 6 juillet 1989 la définit comme suit : “Un logement meublé est un logement décent équipé d’un mobilier en nombre et qualité suffisants pour permettre au locataire de dormir, de manger et d’y vivre correctement en fonction des exigences de la vie quotidienne. »

Les meubles du logement

Le mobilier à fournir pour une location meublée est déterminé par le décret n° 2015-981 du 31 juillet 2015.
L’hébergement doit comprendre :

  • l’équipement d’entretien pour assurer la propreté, comme un sceau, un balais, etc. Cet équipement doit être adapté aux caractéristiques des logements.
    tout ce qui est nécessaire pour dormir (cadre de litmatelassommiercouette ou couverture, un dispositif pour couvrir les fenêtres dans les chambres, etc.).
  • l’équipement nécessaire pour préparer ses aliments (four ou micro-ondesplaques chauffantesréfrigérateur ou congélateur…).
  • les accessoires et l’équipement pour prendre les repas (les ustensiles de cuisine, la table et les chaises, les luminaires, etc.).

Il convient de préciser que c’est le propriétaire-bailleur qui doit acheter le mobilier et l’équipement nécessaires, qu’il doit inscrire au bilan de son “entreprise”.

La nature du logement

Le logement doit respecter certaines règles d’hygiène et de propreté fixées par décret en 2002. Ces règles sont des critères de décence qui doivent être respectés à tout prix. Le locataire ne doit pas être exposé à des problèmes d’hygiène et doit bénéficier d’une bonne sécurité sanitaire. La résidence doit être propre et équipée d’eau potable et de chauffage. Les toilettes ne doivent pas être à proximité de la cuisine, de la salle à manger ou de la douche. La superficie minimale de la résidence à louer est de 9 m2. Le non-respect de ces critères est sévèrement sanctionné par la loi.

Le contrat du logement

Les coûts de location d’un logement meublé sont fixés par rapport au loyer payé par le locataire précédent et sont également liés au lieu où le logement est situé. En effet, le contrat de location meublée est très réglementé. Il varie selon le profil du locataire. Si le locataire est un étudiant, le contrat est conclu pour une période de neuf mois et peut être non renouvelable. Toutefois, si le locataire n’est pas un étudiant, le contrat est pour une période d’au moins un an et peut être renouvelé par accord tacite d’une année à l’autre. Si vous êtes locataire d’un appartement meublé et que vous voulez partir en vacances, ce n’est pas trop un problème. Vous pouvez partir à tout moment. Vous n’avez qu’à donner un mois de préavis. Quant au propriétaire, c’est son devoir de donner à son locataire un préavis de trois mois s’il veut lui accorder un congé.

Louer en AirBnb ou en location meublée classique ?

Location AirBnb

Quand on parle de locations de type Airbnb, on parle de locations meublées touristiques à court terme qui sont actuellement en vogue et qui génèrent des revenus très importants. Airbnb est une plateforme collaborative qui offre des locations saisonnières aux copropriétaires. Cette location semble plus rentable que la location meublée classique décrite ci-dessus. Conséquence : plusieurs personnes tentent de devenir propriétaires afin de louer leur maison via Airbnb. D’autres propriétaires qui faisaient déjà des locations meublées classiques se sont reconvertis.

Rentabilité

En effet, louer sa maison sur Airbnb est très rentable, surtout dans les grandes villes. Les analyses ont également montré que la location sur Airbnb est trois à quatre fois plus rentable que la location d’un appartement classique. En quelques jours seulement, les copropriétaires peuvent obtenir un revenu qu’ils gagneraient en un mois s’ils louaient un logement conventionnel. Pour éviter que cette pratique ne devienne plus populaire, certaines villes comme Paris ont commencé à établir des lois pour limiter cette forme de location. Par exemple, les locations de type Airbnb sont désormais également soumises à la réglementation.

Les autorisations

L’option d’une location de type Airbnb doit être faite avec soin maintenant bien qu’elle semble plus juteuse. Depuis le 1er octobre 2017, les particuliers qui souhaitent effectuer des locations meublées de courte durée via Airbnb sont tenus de faire une déclaration préalable en ligne afin d’obtenir un numéro d’enregistrement. Si cette inscription n’est pas effectuée, l’annonce du propriétaire sera complètement retirée du site. La seule pièce qui vous permet de faire cette demande est votre dernier avis de taxe sur le logement qui contient l’identificateur du logement. Toute personne qui a loué son logement doit également déclarer la rémunération qu’elle a obtenue de la location meublée, et ce à partir du premier chèque de paie. Il peut même devoir payer des cotisations de sécurité sociale.

Les réglementations

De plus, le nombre total de jours de location à court terme est considérablement réduit. Les particuliers ne sont plus autorisés à dépasser 120 jours de locations touristiques meublées du type Airbnb par an. Cette loi est valable pour les 20 arrondissements de Paris sans distinction. Les locataires qui sous-louent leur appartement sont obligés d’obtenir une autorisation de leur propriétaire avant de le faire. D’autre part, le propriétaire a la possibilité de résilier le contrat et peut même convoquer l’occupant devant les tribunaux et lui faire rembourser les dommages-intérêts. Si vous êtes un locataire de logements sociaux, la sous-location est catégoriquement interdite si vous ne voulez pas être expulsé.

Les freins

En plus de tout cela, il y a le problème de la gestion des appartements, qui n’est pas moins négligeable. Vous devez prendre soin du ménage, de la remise des clés, de la publication de votre annonce sur le site, des différentes réservations, du règlement des litiges, etc. Tout cela vous laisse peu de temps pour vous occuper d’autres choses. Pour éviter cela, certaines personnes sont obligées de confier la gestion de leurs appartements à d’autres entreprises extérieures, ce qui entraîne nécessairement d’autres coûts supplémentaires.